Sri Meher Baba était un grand homme tant par sa discipline morale que par son amour pour Dieu. Sa vie nous montre que Dieu ne s’intéresse pas aux castes ou au statut social mais à l’amour dans nos cœurs et à l’oubli de nous-mêmes dans notre service.

Sri Meher Baba est un saint du XXe siècle dont l’héritage est remarquable par la diversité de ses sympathisants et dévots, ainsi que par ses nombreuses actions de charité et de service. Sri Meher Baba faisait la sourde oreille au système de castes, acceptant ses sympathisants sans distinction de castes. Qu’ils appartiennent à une caste élevée ou que ce soient des intouchables, il leur enseignait la même chose.

Il enseignait à ses dévots une vie de moralité, d’amour pour Dieu et de service désintéressé. Au-delà de les enseigner, il vivait ces principes-mêmes, ayant fondé une école, un hôpital, et un refuge pour les pauvres et personnes de basses castes.

C’était un enfant vivant et brillant, actif en classe, mais pas le moins du monde spirituel. Ce n’est qu’à l’âge de dix-neuf ans, alors qu’il pleurait la mort de son père, que sa vie se tourna vers la quête de Dieu. Comme le raconte l’histoire, il traversait Pune à vélo pour aller à l’école et se trouva contraint de s’arrêter et de s’asseoir momentanément auprès d’une vieille femme. Il s’avéra que cette vieille femme n’était autre qu’une grande sainte nommée Hazrat Babajan, et qu’en le touchant, elle éveilla chez lui la soif et l’amour de Dieu. Ils eurent ainsi plusieurs rencontres la même année, jusqu’à ce qu’elle éveille complètement en lui la réalisation de Dieu.

Selon toute apparence, il semblait avoir perdu la raison. Il se mit à refuser de manger et de dormir et on le retrouvait souvent à errer sans but dans la ville. Ses parents l’emmenaient voir des docteurs à la recherche d’un traitement, mais en vain. Finalement, la sainte qui l’avait amené jusqu’à la réalisation spirituelle assura à sa mère qu’il n’était pas fou mais n’apporta pas de réponse plus précise que cela.

Les années qui suivirent, Sri Meher Baba arriva sous la guidance de plusieurs autres grands saints, y compris Upasni Maharaj, Shirdi Sai Baba, Tajuddin Baba, et Narayan Maharaj. En 1925, il entama un vœu de silence qui lui dura toute sa vie, communiquant avec ses dévots d’abord au moyen de papiers écrits puis plus tard grâce à un langage des signes inventé et un interprète.

Il passa plusieurs années à divulguer son message spirituel et ses enseignements dans toute l’Inde et plus tard en Occident. Pendant ce temps, il commença à rassembler ses dévots avant de soudainement changer radicalement de mode de vie en 1949, accompagné de quelques proches dévots choisis. Ils appelèrent ce changement de vie une « Nouvelle Vie »et s’écartèrent de toute propriété et responsabilité, à la recherche d’une vie entièrement démunie. Suivant un ensemble de règles strictes et demeurant principalement cachés, ils mendiaient leur pitance et ne prenaient que ce qui était offert. Toute personne les rejoignant se devait d’avoir une acceptation totale et un optimisme réaliste face à toutes les situations dans lesquelles ils pouvaient se retrouver. Il était demandé de partir à quiconque n’y arrivait pas.

Ils vécurent ainsi pendant trois ans avant que Sri Meher Baba ne décide de retourner dans la vie matérielle et à ses voyages pour diffuser son message et ses enseignements spirituels.

Sri Meher Baba quitta son corps en 1969 à l’âge de 79 ans. Son corps fut déposé sur un lit de roses et de glace et préservé sur l’espace public afin que les gens puissent, durant toute une semaine, venir lui présenter leurs respects. Les semaines précédant sa mort, il avait programmé un grand darshan dans la ville. Ses dévots pensèrent avisé et approprié de maintenir ce grand événement malgré l’absence de son hôte. Ils le nommèrent « Le dernier Darshan » et des milliers de gens du monde entier y participèrent.

Sri Meher Baba était un grand homme tant par sa discipline morale que par son amour pour Dieu. Sa vie nous montre que Dieu ne s’intéresse pas aux castes ou au statut social mais à l’amour dans nos cœurs et à l’oubli de nous-mêmes dans notre service.

Paramahamsa Vishwananda possède des reliques de Sri Meher Baba dans son Musée des Saints de l’Inde à Shree Peetha Nilaya, permettant aux gens de les vénérer et d’apprendre de chaque saint, et ce faisant, de se rapprocher de Dieu.