J’ai couru tout autour de la pièce pour échapper au lion, saisi d’une terreur absolue, pendant ce qui m’a semblé durer une éternité. Mon cœur était sur le point de sauter hors de ma poitrine, jusqu’au moment où le lion s’est enfin arrêté et a repris la forme humaine de Paramahamsa Vishwananda. Ayant manifesté un stylo dans Sa main, Il me dit : « Ne t’avises plus jamais de douter : écris, et n’oublie jamais. »

 

Si vous ne l’aviez pas encore compris, il s’agissait d’un rêve. J’ai fait ce rêve la toute première nuit après avoir rencontré Guruji, alors que je dormais pour la première fois à l’Ashram, en Allemagne. Disons que ça n’a pas été l’accueil le plus doux qui soit, mais pour sûr, cela a retenu mon attention. J’ai appris plus tard qui était ce lion, n’en ayant au départ aucune idée. C’était Narasimha – une incarnation de Maha-Vishnu ; l’homme-lion le plus attirant et féroce qui soit, qui a anéanti le vicieux démon Hiranyakashipu pour protéger Prahlad, Son dévot. 

En réalité, Hiranyakashipu est un démon qui se trouve à l’intérieur. Aussi longtemps que notre mental se consumera dans la négativité, aussi longtemps que notre mental se consumera dans la réalité extérieure, nous n’arriverons jamais à réaliser le but de la vie. C’est seulement en transcendant le mental limité, que nous réalisons qui nous sommes.

Paramahamsa Vishwananda

Quand on lit l’histoire, certes courte, mais non moins puissante, de l’incarnation sur Terre de Narasimha dans le Srimad Bhagavatam, nous découvrons un aspect de l’Amour de Dieu que les spiritualités dominantes décrivent peu dans leur version, disons romantique, de l’Amour. En fait, Son image terrifie généralement ceux qui ne connaissent pas Son histoire, qui est d’une telle importance dans le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. 

Cette férocité provient de la tendresse et de l’amour extrême que Narasimha avait pour Prahlad ; pour le dévot qui vit dans une totale dévotion pour Dieu. Cette férocité renvoie à de nombreux thèmes, deux d’entre eux étant la protection contre l’orgueil et la peur intérieurs.

Narasimha nous rappelle de n’avoir peur de rien, comme le symbolise Son aptitude à tuer le démon Hiranyakashipu, en dépit de toutes les conditions requises auxquelles il a fallu répondre pour le tuer, en raison du don bien rusé que lui avait octroyé le Seigneur Brahma. Ce don consistait à ne pouvoir mourir ni sur terre, ni en l’air ; ni dans le feu, ni dans l’eau ; ni de jour, ni de nuit ; ni en-dedans, ni au-dehors (d’une maison) ; ni par un humain, ni par un animal, ni par Dieu ; ni par un être inanimé, ni par un être animé. Le Tout-Puissant Seigneur Vishnu S’est manifesté de manière parfaite pour outrepasser toutes ces conditions. Démontrant ainsi comment Dieu viendra toujours pour Ses dévots, même dans les circonstances les plus invraisemblables. 

Narasimha nous rappelle de ne pas avoir d’orgueil spirituel. L’orgueilleux démon Hiranyakashipu, en dépit de toute sa force et de sa royauté, n’a pas pu venir à bout de la grâce conférée au dévot du Seigneur. Comme on peut le voir tout au long de l’histoire, le véritable Amour Divin n’est pas matière à doux sentiments. C’est une puissante force traversant même les illusions les plus convaincantes qui distordent notre capacité à être humble, à avoir la foi, et à vivre une relation harmonieuse avec Dieu.

Mon rêve est un rappel de s’accrocher à cette foi, avec férocité. Parfois, cela demande un certain choc de se rappeler de l’Amour et du pouvoir infinis de Dieu. Puisse la grâce de Narasimha vous donner du courage, en vous rappelant qu’Il est toujours avec vous, et l’humilité de servir le Tout-Puissant avec un cœur pur. 

La vie, c’est servir. Servir non pas les gens, mais servir le Tout-Puissant en chacun. Ce service commence par l’adoration de Dieu, par le souvenir de Dieu.

Paramahamsa Vishwananda

 

Puisque Narasimha Chaturdashi approche, dédiez un peu de votre temps à chanter pour Narasimha et à vous connecter à Son énergie et à Son bouclier de protection aimante.

 

X