Auteur : KrishnaPriya

Le plus puissant des OM Chanting auquel j’ai jamais participé était d’une simplicité incroyable. Ce n’était pas un Maha OM Chanting, ce n’était pas un soir de pleine lune, il n’avait rien d’extraordinaire. Il s’est tenu dans une petite pièce, dans une petite ville du Colorado, une nuit où les rues semblaient désertes.

 

Nous étions environ une quinzaine de participants. Je me souviens d’avoir observé à chaque fois qu’une personne arrivait, un mélange d’espoir et d’incertitude se jouer sur leur visage. Presque tout le monde était nouveau. Seulement trois d’entre nous avions déjà psalmodié de cette manière avant.

Ce qui a différencié ce cercle de tous les autres dont j’avais fait l’expérience, c’est que chaque personne était consciemment venue pour quelqu’un d’autre. Dans ce groupe d’amis, deux membres avaient le cancer. Leur communauté s’était rassemblée, ils avaient entendu dire que le OM Chanting pourrait peut-être les aider. Chacun des deux hommes atteint du cancer était là pour l’autre, tous les autres étaient là pour eux. Je ne suis pas sûr du nombre d’entre eux qui avait foi dans cette pratique, pas autant que j’étais certain qu’ils étaient tous prêts à tout essayer pour aider leurs amis.

Nous avons fait deux cercles ce soir-là. Un pour chacun des hommes. Ils se sont assis au centre et ont laissé la bénédiction du OM Chanting prendre de l’ampleur et se répandre sur eux. Le temps semblait avoir cessé d’exister. Tel que ça s’est passé, j’en suis venu à croire qu’il n’avait jamais existé du tout. En tant que communauté, ils soutenaient les hommes qu’ils chérissaient avec cette pratique et psalmodiaient uniquement pour eux.

Cette nuit-là, j’ai appris deux leçons essentielles.

 

Un

Le soi est absent du service, dans le plus véritable sens du terme. Quand nous pratiquons le OM Chanting dans l’état d’esprit du service désintéressé, nous entrons plus profondément dans la pratique. Nous nous faisons plus ouverts aux infinies possibilités offertes par le OM Chanting.

 

Deux

Ne pas avoir d’attente. Cette communauté avait de l’espoir, c’est certain, mais elle avait un sentiment restreint de ce à quoi s’attendre. Ils sont venus seulement en sachant que le OM Chanting pourrait aider leurs amis, pas qu’il le ferait assurément. Quelle forme pourrait prendre cette aide, chacun pouvait s’en faire son idée.

Ils ont psalmodié depuis un espace d’amour et d’espoir. Ce faisant, ils se sont ouverts à accepter le résultat, quel qu’il soit. Ils ont eu l’air de comprendre que cette pratique ne leur devait rien en particulier. Ils étaient ouverts à tout ce qui pourrait être reçu.

La soirée s’est lentement et doucement terminée. La vibration du OM semblait continuer de sonner dans nos oreilles. C’est avec un certain regret que les gens sont retournés à leurs vies. Chaque personne semblait avoir un peu plus d’espoir et le visage radoucit par rapport au moment de son arrivée.

Suite à ce OM Chanting, l’un des hommes est mort. Vers la fin, il a dit à un ami qu’après ce OM Chanting, il avait cessé d’avoir peur de sa propre mort. C’est avec cette bénédiction qu’il est parti en paix.

L’autre homme est depuis entré en rémission et semble bien aller.

J’ai le plus grand espoir pour tous les participants de OM Chanting de trouver cet espace d’amour et de service dans leur pratique. C’est là que l’on peut s’ouvrir aux possibilités sans fin du OM Chanting.

 

DÉCOUVREZ NOS PRATIQUES DE YOGA & MÉDITATION

X