Archana-bhakti, c’est cette dévotion qui s’éveille lorsque l’on vénère le Divin extérieurement, lors de cérémonies et de rituels tels que la puja. Nous commençons en premier lieu par établir une relation avec le Divin illimité présent dans la déité qui nous est extérieure, de façon externe, ce qui nous amène par la suite à être relié à cette même forme du Divin à l’intérieur de nous. Que notre mental puisse le percevoir ou non, la profonde connexion qui se fait entre la déité à l’extérieur et celle à l’intérieur de nous est bien là, et notre cœur la connaît bien.

Auteur : Madhusudhanadas

 

Dans l’Atma Kriya Yoga, nous éveillons l’archana-bhakti à l’aide des pranayamas, en nous servant du prana externe présent dans l’air, de sorte que le Divin pénètre en nous, qu’Il nous purifie et élève notre prana interne. Les pranayamas ne sont pas juste de simples techniques, mais peuvent aussi être un moyen de vénérer Dieu à l’extérieur comme à l’intérieur de nous. Pratiquer l’Atma Kriya Yoga et la puja l’un à la suite de l’autre est une expérience que j’affectionne particulièrement. L’ordre faisant passer de l’un à l’autre peut varier, et personnellement, j’aime faire l’Atma Kriya Yoga avant la puja mais pour d’autres, ce serait certainement différent. C’est à vous de trouver la pratique qui vous convient le mieux. 

Bien que les manières de vénérer puissent légèrement varier d’une tradition à l’autre, on ne peut négliger leur signification d’aucune façon.  

Les cérémonies et les rituels sont très, très importants pour le bien-être et l’évolution de ce monde, car ils créent des vibrations qui maintiennent et pourvoient à l’énergie de la nature.

Paramahamsa Vishwananda

Quand j’ai commencé à faire des pujas il y a quelques années, j’avais souvent tendance à croire que plus le rituel durait longtemps et était sophistiqué, mieux c’était. Je pensais qu’un abhishekam ou un yajna, qui durait plus longtemps, pourrait me rapprocher davantage du guru et de Dieu que ne le pourrait une puja plus simple. Je ne faisais un abhishekam qu’occasionnellement et quand je m’y mettais, je le faisais sans affection, cherchant à courir pour parcourir les étapes aussi vite que possible et sous une pression que je m’étais moi-même imposé, pour terminer à temps et poursuivre avec la prochaine chose à faire dans la journée. Je trouvais cela décourageant d’avoir à nettoyer et laver après, car je le voyais comme une surcharge de travail. Un jour, cela m’a ouvert les yeux d’entendre dans un satsang que les récipients sont eux aussi en résonance avec les énergies divines et que les laver ou les nettoyer après constitue en réalité une extension de la puja. 

 

UN BREF RENDEZ-VOUS INTIME OU UN LONG RENDEZ-VOUS SOLENNEL

Après plusieurs mois de frustration, j’ai pris un peu de recul et réfléchi sur ce que j’étais en train de faire et comment. C’est là que j’ai décidé de faire une version plus courte de l’abhishekam, avec assiduité, sur une base quotidienne. C’est alors que j’ai découvert la beauté de la puja.

La version plus courte de l’abhishekam m’a aidé à me relier à mon ishtadeva de façon plus intime. L’attention n’était plus autant tournée sur la lecture du manuel ou de voir quelle était l’étape suivante, qu’elle ne l’était sur l’interaction et la connexion avec mon ishtadeva. C’était devenu un choix entre passer un long moment de rendez-vous avec des distractions perpétuelles et le visage sérieux, voire ennuyé, et un rendez-vous plus court, mais plus interactif et intime. Ce n’est pas tous les jours pareil lorsque je fais la puja, et c’est pour moi une grande bénédiction de faire l’expérience de ce changement sur une période plus longue que jamais.

 

ÉTABLIR UNE CONNEXION PLUS PROFONDE

Ayez la claire intention ou la résolution mentale de faire la puja comme une pure expression d’amour et de servitude, et pas dans le but de recevoir une faveur ou de faire des affaires avec Dieu.

 

Visualisez votre ishtadeva se dupliquer et sortir de votre cœur pour prendre place dans la déité physique et recevoir l’adoration, tout en restant également dans votre cœur. Voyez la déité comme le reflet physique de la déité interne qui réside dans votre cœur.

 

Servez-vous de tous vos sens pour interagir avec Lui ; regardez-Le dans les yeux, humez Son parfum, touchez Ses pieds, demandez-Lui la permission de faire la puja et écoutez avec vos oreilles Sa réponse quand Il vous le permet.

 

Quand vous offrez de l’eau pour laver Ses mains ou Lui donner à boire, avec les yeux ouverts, soyez présent et servez la déité qui vous fait face. 

 

Pendant la puja, appréciez Sa présence, souriez-Lui de temps en temps pour Lui montrer combien vous êtes heureux d’être en Sa présence, et voyez comme Il vous sourit en retour.

 

Utilisez un parfum puissant qui restera sur vos doigts pendant que vous l’appliquez, de sorte que vous pourrez sentir ce parfum tout le reste de la journée. Trouvez quelles sont les senteurs qu’Il affectionne, et utilisez-les.

 

Appliquez la pâte de chandan et la poudre de kumkum délicatement sur Ses pieds, sentez Sa peau sous vos doigts à l’endroit où vous l’appliquez. Offrez à Ses pieds une feuille de Tulsi d’un vert éclatant, le cœur débordant de dévotion. Offrez une magnifique fleur, représentant votre beauté intérieure.

 

Si votre mental vagabonde à un moment quelconque de la puja, ramenez-le gentiment à Ses pieds et sur Sa forme.

 

Offrez-Lui le prasad le plus délicieux et lorsque vous le nourrissez, demandez-Lui s’Il en veut encore. Offrez votre ignorance et vos attachements, et demandez à ce que votre mental se transforme. Faites des efforts pour trouver le genre de nourriture qu’Il aime et préparez cette nourriture-là. 

 

Nourrissez-Le en imaginant comment Shabari avait donné à manger des baies au Seigneur Rama, comment Sulabha, la femme de Vidura, avait donné à manger des épluchures de bananes (oui, des épluchures) à Krishna, ou comment Krishna a savouré le riz soufflé de Sudama.

 

Lorsque vous partagez le prasad tout à la fin, après l’arati, rappelez-vous que Son Amour est pleinement présent dans le prasad. Même, priez pour que votre service ait un jour la pureté de celui des saints. 

 

Offrez l’arati, voyez-Le au centre de cette vague de lumière circulaire, au centre de votre cœur et de votre vie, qui est Sa juste place. À la fin de la puja, visualisez le Divin briller depuis votre cœur, en silence. Faites usage de ce silence pour Lui parler. Ayez la gratitude de recevoir la possibilité d’exprimer votre amour et d’être en Sa présence.

 

Sachez qu’Il vous aime plus que vous ne pouvez l’imaginer, encore plus que vous ne vous aimez vous-même. Demandez-Lui de vous révéler Sa présence dans votre cœur et au cours de la journée.

 

En réalité, ce que le Seigneur accepte est l’amour qui se trouve dans le cœur du dévot. Ce n’est pas au moyen de la connaissance que l’on conquiert le Seigneur, mais par la simplicité, au moyen des choses les plus simples, faites avec dévotion. En offrant une feuille, une fleur et quelques gouttes d’eau avec gratitude, avec un mental focalisé sur le Divin, sur le Seigneur Lui-même, Il accepte cette offrande d’Amour. 

 

Paramahamsa Vishwananda, commentaire, Verset 9.26, Bhagavad Gita

APPRENEZ-EN PLUS SUR LA PUJA

 

X